VOUS TRANSPORTER

SNCTA,

le syndicat de la mobilité

Parce que la première affectation est souvent subie, chaque contrôleur en sortie ÉNAC doit pouvoir rejoindre dans un délai acceptable le centre de contrôle qu’il désire pour des raisons professionnelles ou personnelles. Le SNCTA défend depuis des décennies une politique forte de mobilité.

Une envie d’ailleurs ?

Deux fois par an, nombreux sont les candidats au départ. Qu’elles soient professionnelles ou personnelles, il y a toujours de bonnes raisons d’espérer une mutation.
Permettre à chacun d’obtenir la mutation souhaitée dans les plus brefs délais est très rarement une question de critères mais surtout une question de nombre de postes ouverts.

Mobilité en danger !

Pour le SNCTA, le droit à la mobilité est un enjeu social primordial.

 

Cependant, ce droit n’est ni réglementaire, ni pérenne. Ainsi :

  • ce droit est constamment remis en cause par une DSNA tentée de moduler le flux d’AVE vers les postes attractifs comme une simple variable d’ajustement des effectifs opérationnels ;
  • le SNCTA se bat depuis de nombreuses années pour garantir un nombre significatif d’ouvertures d’AVE à chaque CAP.

 

Lors de cette mandature, le SNCTA a su s’opposer aux tentatives de la DSNA de restreindre la mobilité. Les travaux de coordination de l’ensemble de sections ont permis au SNCTA de défendre, seul, une politique de mobilité nationale, équilibrée et argumentée lors des GT Effectifs et GS 32 heures.
Cette énergie et cette coordination ont payé en particulier en 2018. En effet, malgré les annonces faites en CT DSNA de limitation des mutations, le SNCTA a obtenu seul l’ouverture en AVE de plus de 50 postes opérationnels attractifs.

Postes opérationnels et ICA : nombre d’AVE pourvus

Des positions syndicales divergentes

Le SNCTA défend la mobilité pour qu’à chaque CAP, les contrôleurs aient du choix : variété et quantité sont ses objectifs.
Le SNCTA :

  • veillera à maintenir une mobilité forte vers les centres attractifs ;
  • revendique dès 2019 plus d’ouvertures de poste dans les approches, mettant ainsi fin à plusieurs années de mesures de gestion imposées par la DSNA.

 

En boycottant le GT Effectifs et le GS 32 heures de début d’année, la CGT, seul syndicat représentatif des ICNA à avoir signé le Protocole 2013, a fui ses responsabilités et les conséquences de sa signature En effet, les recrutements prévus dans le Protocole 2013, largement insuffisants, sont à l’origine du trop petit nombre de sorties ÉNAC que l’on connaît depuis plusieurs années.
En revendiquant l’ouverture de deux tiers des postes du Sud et de l’Ouest aux sorties ÉNAC, l’UNSA prône une forte baisse de la mobilité vers les centres attractifs !

Scrutin CAP

Le vote en CAP va bien au-delà du vote pour des critères de mutation.

C’est le scrutin qui permet d’évaluer la représentativité du SNCTA chez les contrôleurs au niveau local (dans chaque bureau de vote spécial) et au niveau national. Ce scrutin est le seul à évaluer à quel syndicat les contrôleurs font majoritairement confiance pour les représenter.

Pour le SNCTA, le principal combat à mener n’est pas celui de critères mais bien celui du droit à la mobilité.

En effet, les différents critères des organisations syndicales aboutissent dans les faits à des résultats proches. Lors du dernier mandat, il n’y a eu que 3 votes en moyenne pour 100 candidatures.
Sans poste ouvert, aucun critère ne permettra de muter à l’endroit souhaité. Chaque année, le SNCTA se bat, seul, pour qu’il y ait suffisamment d’AVE ouverts dans les centres attractifs.

 

Voter SNCTA en CAP, c’est réaffirmer à nos différents interlocuteurs que le SNCTA est LE syndicat des contrôleurs.

Face aux Pouvoirs publics et à la Direction, il faut un syndicat des contrôleurs fort pour une profession forte. Rassemblons-nous derrière le SNCTA, syndicat de tous les contrôleurs, garant des équilibres nationaux et de la profession, dynamique, structuré et signataire de nombreux accords gagnant-gagnant.